lundi 3 avril 2017

La richesse et le naturel du quotidien

- Tu savais que quatre fois deux ça fait huit?
- Non ça fait neuf.
- Ça fait huit (montre quatre doigts de chaque main) regarde!
- Ha! Oui t'as raison!

Hier mes enfants de cinq et sept ans étaient à la table de cuisine (leur endroit brico-dessin préféré, malgré toutes les tables et espaces dédiés que l'on crée pour ça) et discutaient de tout et de rien. Mon fils transcrivait les mots de la boîte de céréales sur une feuille et me demandait de les lire. Il a donc compris lesquels étaient en français et lesquels étaient en anglais.

Je discute avec mon conjoint et je blague en disant ''on est vieux''; mon fils me dit: ''Tu es vielle...Tu peux pas dire que vous êtes tous les deux ''vieux'' parce-que tu es une fille''. Je lui explique que ''le masculin l'emporte sur le féminin en grammaire'': il semble outré. On discute un peu de féminisme...


Mon fils de douze vient s’asseoir avec nous quelques instants, pour me parler de sa dernière découverte suite à un article qu'il vient de lire: le nombre de bombes nucléaires répertoriées dans le monde par pays. On discute quelques instants d'Hiroshima, de politique mondiale...Il aime les faits et s'est toujours intéressé à l'anthropologie sociale et culturelle. Quand il était petit, il me demandait comment les hommes préhistoriques vivaient et plus tard, que signifie un mariage et quels sont les différences d'une union selon les pays et cultures.

Mon fils de quinze ans décide de se faire du riz et me demande ma recette d'épices ''type pilaf végétarien''. Il demande aux autres membres de la famille qui veut manger du riz et me demande quel quantité il doit faire pour qu'il y en ai assez pour tout le monde. Un peu plus tard, je le vois faire des mouvements de karaté avec son petit frère et lui donner des conseils pour son examen de ceinture.

Plus tard, alors que je travaille mon fils vient faire son lavage (mon bureau est dans la salle de lavage...). On discute de ses heures travaillées pour notre entreprise et ce qu'il veut acheter avec son salaire. Il m'annonce qu'il ne s'inscrira pas à la deuxième partie du cours de création de jeux vidéo car le professeur ne semble pas bien connaître le logiciel utilisé pour les cours: il n'arrive pas à répondre à la plupart des questions des élèves, leur dit qu'il apprend en même temps qu'eux et leur suggère d'aller voir des tutoriels sur Youtube après les cours (on a payé cher pour ce cours...). Mon conjoint qui accompagne mon fils (il attends à l'extérieur de la classe) me dit que plusieurs parents semblent mettre sur le dos de leurs adolescents le fait qu'ils ne comprennent pas grand chose au cours...Triste. Je suis heureuse que mon fils puisse faire ses propres choix sans qu'on remette son jugement en doute!

Ma fille vient me voir pour me montrer ''sa liste de tâches pour la journée''...Elle coche chaque activité après avoir fini de jouer. Elle fait ça depuis trois jours.

Je pourrais continuer longtemps...Notre quotidien est rempli de tous ces petits moments riches en apprentissages de toutes sortes! Et en prime, notre relation n'est pas abîmée par une constante prise de contrôle basée sur le manque de confiance des adultes envers les enfants! :)



mardi 14 mars 2017

La vraie Vie

J'ai encore le rhume. En fait, tout le monde chez nous a ENCORE le rhume. J'ai des tonnes de choses à faire. La comptable attends ma paperasse pour finir son travail: je suis en retard. Notre institution financière attends aussi des documents urgents. Nous préparons un déménagement et il reste moins de trois mois pour trouver notre nouveau chez nous: les démarches sont plus longues que prévu mais cette fois pas le choix: la maison qu'on loue est déjà louée. J'ai des courriels à envoyer pour mon entreprise, un pot au feu qui cuit sur la cuisinière: je ne dois pas oublier d'aller le brasser régulièrement. Je dois envoyer un message au prof de mon fils pour lui expliquer qu'il abandonne son cours, mais pas ses études: il trouve qu'il apprend mieux par lui-même en suivant des tutoriels (les mêmes que le prof leur fait écouter dans les cours...). Mon grand à quant à lui a décidé de poursuivre, même s'il trouve aussi que le contenu du cours est facilement trouvable en ligne: il aime trop sortir et voir des gens pour s'en priver! J'ai une trentaine de commandes à préparer et à poster. Les paniers de vêtements propres sont pleins: les enfants vont encore devoir fouiller dans les paniers plutôt que dans leurs tiroirs car je n'ai pas eu le temps de plier et ranger les vêtements. Heureusement que mon conjoint et mon fils ainé s'occupent eux-même de leur lavage! Je n'ai même pas à penser à laver le kimono (karaté) du plus jeune puisque son grand frère le lave en même temps que le sien et le remet dans le sac, prêt pour le cours suivant. Mes migraines sont revenues. Mon anxiété est à un niveau le plus haut depuis des années. Je médite 15 minutes quand je peux, avec les écouteurs et de la musique sur mon cellulaire, enfermée dans ma chambre pour arriver à me concentrer un peu malgré les bruits de la maison. Parfois j'arrive à faire un salut au soleil et un petit tirage de mes cartes de tarot en faisant brûler mon encens préféré: l'ambre tibétain. Des fois j'arrive à lire un roman. Je choisis des romans pour adolescents: ce sont les seuls que j'arrive à finir avant de m'endormir, même si je lis très vite. Je prends le temps de me faire plusieurs tisanes par jour. Je me sens coupable quand je prends une longue douche pour relaxer: je sais que ce n'est pas très écologique! Des fois je jette des trucs recyclables dans la poubelle: mon conjoint est aussi débordé de travail et il n'a pas tout le temps le temps de vider le recyclage. Des fois on oublie de donner une dose de des médicaments à ma fille qu'elle doit prendre trois fois par jour. Mon fils est autonome de ce côté: ça me soulage tellement! Sur les forums d'échange sur cette maladie il y a quelques années, des parents racontaient avoir du mal avec leurs ados en crise qui refusaient de prendre leur médication. Une jeune fille s'est retrouvé aux urgences suite à une crise cardique: elle faisait semblant de prendre ses médicaments et les jettait à la poubelle. Heureusement mes enfants n'ont pas besoin d'aller jusqu'à mettre leur vie en danger pour qu'on les écoute!! J'ai déjà dit à une amie que le courage, c'était la capacité de rester debout plus longtemps que les autres. Je réalise aujourd'hui que le courage, c'est d'agir selon ce qu'on croit être juste, malgré les obstacles, le jugement des autres et nos craintes. Je crois que mes enfants méritent ma confiance. Je crois sincèrement qu'ils ont le droit à leur intégrité physique et au respect au même titre que tous les autres humains. Je vais donc continuer à faire que qu'il faut pour protéger ces droits malgré cet ouragan incessant de tâches, de montagnes russes émotives et de fatigue chronique. Je suis heureuse de mes choix car ce que je reçois en échange est bien plus précieux que cette ''indépendance'' que nous font miroiter les défenseurs de la ghettoisation des enfants et des humains en général. Je partage tant de choses avec mes enfants, je les vois grandir, faire des choix, se tromper, apprendre, développer leurs opinions et leurs valeurs. Je suis témoin de leurs découvertes, de leur épanouissement, de leurs peines, de leurs joies et de leur créativité sans limites! Et cette relation privilégiée est à la portée de tous, avec une pincée de courage (et des TONNES de tisanes!!). :)

mardi 17 janvier 2017

Éduques-toi toi-même!

Les enfants apprennent par l'exemple. Si on essaie de les éduquer, ils apprendront à éduquer les autres...Vous me suivez? 

Une des choses que j'ai apprises au contact de mes enfants et durant ma déscolarisation (qui n'est jamais terminé et ne le sera jamais probablement: l'éducation laisse des traces et des cicatrices indélébiles), c'est qu'en se concentrant sur MES problématiques (comportementales et émotionnelles exemples), cela a un impact incroyablement positif et enrichissant pour mes enfants!

Je vous donne un exemple: le MÉNAGE. Beurk hein? J'ai toujours détesté ça. J'étais du genre à me plaindre tout le temps, à prendre chaque jouet (ou vêtement de mon conjoint...) qui trainent comme une attaque personnelle! Après tout, JE devais ramasser s'ils ne le faisaient pas. Je me disais ''TU as sorti ce jouet alors TU ramasses''. Je disais souvent que si j'étais riche, la première chose que je ferais serait d'engager une femme/homme de ménage....

Qu'est-ce que mes enfants apprenaient? Que le ménage c'est désagréable. Que maman nous aime quand c'est propre et rangé, sinon...Qu'il y a des gens payés pour faire ''ce travail''. Ça leur disait, vous pensez de ranger et nous donner un coup de main pour les tâches? Bah non.

J'ai changé d'attitude (la plupart du temps...J'ai des rechutes parfois). Je me suis mise à ramasser/nettoyer pour eux, simplement, pour qu'ils aient des espaces propres et pour MOI, parce que MOI j'aime quand c'est bien rangé. J'ai assumé MON choix d'avoir une famille et MA responsabilité de leur offrir un environnement salubre, sécuritaire et stimulant! J'ai choisi d'arrêter de voir mes enfants comme des personnes que j'héberge et nourrie et qui ''me doivent'' quelque chose en échange. J'ai compris que comme pour toute connaissance/compétence/habileté/attitude, on apprend en faisant DES CHOIX selon nos INTÉRÊTS. On apprend rien en étant contrôlés, jugés, intimidés, manipulés dans le but d'être gavés des valeurs des autres qui ne résonnent pas nécessairement en nous (et auxquelles on peut devenir perméables simplement parce-que notre corps résistent à cette attaque extérieure qui nous éloigne de nous-même).

Ça donne quoi comme résultat? En tout cas, pas des enfants ingrats et bordéliques... ;)





 

mercredi 28 décembre 2016

Quand le temps manque...Ou la vie trépidante de parents à bout de souffle!

C'est difficile pour certaines personnes de comprendre à quel point le vie de parents peut-être remplie...Et pas nécessairement de trucs agréables. Les responsabilités sont grandes, particulièrement pour des parents d'enfants qui vivent avec une maladie demandant des soins particuliers.

Je ne me plains pas...Loin de là. J'assume tous mes choix et je me dis souvent que j'aurais donc aimé faire certains choix bien avant! L'éducation naturelle, le respect des droits fondamentaux de nos enfants en tant qu'individus, l'entreprise familiale qui nous permet de vivre selon nos valeurs...MAIS, tout cela a un coût. Celui de l'incompréhension, du jugement...Parfois venant de gens proches de nous malheureusement.

Avoir quatre enfants à la maison qui ne fréqentent pas l'école, c'est un ''travail à temps plein'', déjà. Planifier les sorties et les activités, faire des listes l'achat de matériel pour les projets, faire des recherches sur les sujets qui intéressent ou pourraient intéresser nos enfants, répondre aux nombreuses questions, apprendre DES TAS de choses pour pouvoir soutenir nos enfants (jeux vidéos, ordinateurs, techniques diverses, langues, navigation Internet, photographie, vidéos, etc.)...Et sans compter le temps passé AVEC eux.

Et il y a les cours de karaté deux fois par semaine, les rendez-vous chez le dentiste (deux fois par enfant par année minimum), rendez-vous chez l'optométriste, le pédiatre...Le magasinage pour les vêtements, les bottes, les souliers, maillots de bain...Faire l'épicerie, faire la cuisine à six personnes, le ménage dans une maison dans laquelle toute la famille vit à temps pleins...Et le lavage!!!

Et il y a aussi deux des enfants qui vivent avec une maladie génétique. C'est donc deux rendez-vous par enfant chez l'endocrinologue et deux rendez-vous chez la pédiatre par année minimum; un rendez-vous chacun pour des radiographies des mains (âge osseux), plus deux fois de prises de sang par année. Pour le plus grand, on rajoute cinq ou six rendez-vous chez le rhumatologue, un chez l'ophtalmologiste, une échographie et des prises de sang aux six semaines (qui ne peuvent être en même temps que ses prises de sang régulières car ils prendraient trop de sang d'un coup). Rajoutez des rendez-vous en physiothérapie et ergothérapie (pour le même problème ...Mais ils ont décidés de se partager le haut et le bas du corps...Donc deux rendez-vous au lieu d'un) et deux formations avec une infirmière au CLSC. Pour la plus jeune, on rajoute un rendez-vous chez l'urologue. Sans compter le temps passé à la pharmacie pour les prescriptions, la gestions des médicaments à la maison (certains vont au réfrigérateurs d'autres non), le remplissage des piluliers. Ça c'est quand personne n'est malade.

Et là, on a aussi notre propre entreprise. Ouais. Alors le travail, la comptabilité, la formation, le marketing, les déclarations de taxes, le magasinage des fournitures, le service à la clientèle, le développement de nouveaux produits, la prise de photos, les rendez-vous d'affaires...Dans un calendrier déjà très chargé. Je ne parle pas de vie de couple ou de loisirs...Je ne suis plus certaine de savoir ce que c'est.

Alors la famille et les amis...Oui, il y a très peu de temps pour eux. Et quand on nous invite à des fêtes dans un bar interdit aux enfants et qu'on nous dit ''t'as qu'à les faire garder''...Ou qu'on nous invite mais que les enfants sont traités comme des animaux de compagnie, que vous êtes critiqué, rabaissé, jugé, pour chacun des choix durement défendu au quotidien dans une société qui valorise la conformité à un modèle payant pour les riches de ce monde...Disons qu'on fini par choisir les gens positifs, ouverts d'esprit et respectueux de nos choix avant tout autre critère (incluant les liens de sang). On devient très sélectif. On dit non souvent.

Parce-que nos enfants méritent chaque heure passée dans la circulation, dans les salles d'attentes d'hôpital, devant la cuisinière à préparer de bons petits plats, à travailler pour subvenir aux besoins de la famille et se payer cette flexibilité d'horaire. Parce-que la Vie est trop courte pour gaspiller la moindre seconde. Parce-qu'on veut passer notre temps à aimer, à rire, à apprendre, à découvrir. Et si par chance une journée il nous reste quelques minutes de temps libre...Il se peut que notre cerveau se mette en mode économie et qu'on oublie de vous rappeller. Même si votre appel date d'il y a trois mois! Hi! Hi!

Je vous souhaite à toutes et à tous une très heureuse année 2017! :)

lundi 19 décembre 2016

J'ai remis le Père Noël à sa place

Y a t-il d'autres croyances ou traditions que l'on défend autant que celle du Père Noël? Sous prétexte de préserver l'enfance et la magie? J'y ai cru.

J'ai toujours dit que je crois moi-même au Père Noël: je crois aux lutins, aux licornes, aux dragons (pour de vrai) et je crois aussi en la magie (regardez un gland de chêne et essayez d'imaginer son potentiel...Voilà une preuve irréfutable pour moi que la magie existe). Sauf que pour moi le Père Noël était un symbole de cette magie et c'était aussi la dernière goutte de magie que l'on pouvait partager avec tous: que ce soit les étrangers croisés dans la rue, les commerçants, les animateurs de radio/télé, les voisins, la famille...Malgré les différences de valeurs souvent gigantesques, partout il y avait cette entente tacite, cet échange de regards complices, ces gros yeux qu'on nous faisait en pointant subtilement un enfant des yeux sous-entendant ''attention à ce que tu dis''! Un genre de jeu rassembleur auquel tout le monde participait.

Ces dernières années, j'ai beaucoup réfléchi à la question. J'ai souvent répété que le Père Noël représentait les valeurs que l'on voulait bien lui accoler et que tout dépendait de la façon dont c'était présenté. Un peu comme les licornes, les dragons, les extra-terrestres (peut-on affirmer que les extra-terrestres n'existent pas? Même les scientifiques les plus rigoureux savent que les probabilités sont grandes qu'il y ai d'autres formes de vie ailleurs que sur la Terre...).

SAUF QUE. Voilà que je n'arrive plus à cautionner les commentaires fait à mes enfants, qui sont, à mon avis, de la violence ''ordinaire'' (c'est-à-dire commune, intégrée aux us et coutumes, banalisée, justifiée). Mes enfants se comportent toujours bien, à moins que leurs besoins ne soient pas comblés (fatigue, faim, besoin de temps seul, besoin de câlins, de présence, etc. OU à moins que je n'ai pas été un bon exemple ces derniers temps...''Monkey see, monkey do''). On a jamais utilisé les punitions et menaces (ou presques...Les conditionnements ont la vie dure) et là il se mettaient à faire des choses pour ''obtenir'' des cadeaux et pire, ils avaient peur de déplaire au Père Noel (imaginez que vous venez de vivre quelque chose de difficile et que vous vous mettez à pleurer...Votre conjoint vous dit ''Si tu n'arrêtes pas tu n'auras pas de beaux cadeaux'').

Attention! Le Père Noël sait si tu as été méchant, si tu mens ou si tu ne ramasses pas tes jouets!
Tant pis pour toi! Le Père Noël ne t'apportera pas de cadeaux cette année!

Alors? As-tu été sage cette année?

Le lutin te surveille et dira tout au Père Noël!

Tu veux te retrouver sur la liste des enfants méchants?

Si tu ne dors pas le Père Noël ne viendra pas!

Si tu n'écoutes pas je vais appeler le Père Noël!

Si tu ne manges pas tout ce qu'il y a dans ton assiette le Père Noël le saura!

Si tu frappes ta petite sœur tu n'auras pas de cadeaux (
super belle raison de ne pas frapper quelqu'un)!
Je ne parle pas de la folie des photos (même si l'enfant pleure assis sur un étranger...On publie la photo et on trouve mignon...Ark-e.). De la folie des cadeaux et du magasinage (pour trouver ''THE'' cadeau sur la fameuse liste pour pouvoir dire fièrement aux voisins que notre enfant à été sage...Puisqu'il a reçu ce qu'il a demandé)...Du fait que bien souvent on surconsomme pour se déculpabiliser de ne pas assez passer de temps avec les enfants...Des beaux cadeaux qu'on veut ''utiles'' pour se déculpabiliser de consommer encore et encore (comme tous les trucs pédagogiques...Misère). Des razzias dans les objets appartenant aux enfants sous prétexte qu'ils en ont trop (mais qui achète tous ces trucs?? Ah! Oui! Mamie bien sûr...Nous, on est raisonnables). Et de la reconnaissance attendue pour ces cadeaux (''Donne un bizou à Grand-Maman!'') ET SURTOUT, le fait que les cadeaux qu'on fait aux enfants sont empoisonnés. Parce-qu'on se réserve le droit d'utiliser la menace pour contrôler leur comportement (''Si tu ne ranges pas ta chambre, je t'enlève ton jouet pour une semaine'' ou ''Tu ne l'as pas rangé alors je le confisque'' etc.). Un cadeau c'est un cadeau right? Il semble que non. En tout cas pas pour les enfants. 

Donc, cette année, j'ai remis le Père Noël à sa place. Quand ma fille de 5 ans m'a demandé si le Père Noël va passer, je lui ai dit que non. Que ce sont les parents qui achètent les cadeaux...Et quand elle m'a demandé s'il existe vraiment, je lui ai répondu selon ma conscience: ''Oui, il existe! C'est un symbole de la magie de Noël et de générosité. Son message c'est ''pensez aux autres, passez du bon temps en famille!'' C'est exactement ce que je crois. J'en ai aussi profité pour discuter de l'origine de ce personnage. Je lui ai toutefois dit que chaque personne y croit de façon différente et qu'elle a le choix elle aussi. Elle semble satisfaite! :)

J'ai souvent répété que le Père Noël représentait les valeurs que l'on voulait bien lui accoler et que tout dépendait de la façon dont c'était présenté. J'ai choisi de dire la vérité à mes enfants: c'est-à-dire exprimer mon opinion et leur laisser le choix de trouver la leur. Comme je le fais pour toutes mes valeurs!

jeudi 24 novembre 2016

Je n'exige pas le respect de mes enfants

Plutôt que d'exiger le respect de mes enfants, je leur montre ce qu'est le respect en les respectant. Forcer, exiger ou insister (même avec de bonnes intentions) apprend aux enfants à...Forcer, exiger ou insister pour obtenir ce qu'ils veulent. ;)

Je ne les force pas à manger, je ne les empêche pas de manger quand ils ont faims. Il n'y a pas d'aliments interdits, de limites, de contrôles sur la nourriture*;

Je ne les force pas à se coucher, ni ne les réveille*;

Je ne les force pas à fréquenter des gens qu'ils n'aiment pas, qu'ils n'ont pas choisis*;

Je ne les force pas à finir quelque chose, ni à commencer quelque chose s'ils ne le souhaitent pas*:

Je ne force pas la reconnaissance, la politesse car je souhaite que ce soit sincère et que ça vienne d'eux*;



*De façon arbitraire...Parfois la situation l'exige (mais souvent il y a tout de même plusieurs choix possibles), mais j'explique et les enfants, même très jeunes, comprennent bien; surtout si depuis leur naissance on ne leur sert pas des phrases toutes faites (''mange tes carottes c'est bon pour les yeux''), des croyances (''si tu manges trop de bonbons tu ne seras pas en bonne santé''), des peurs (''dit merci sinon les gens vont te croire ingrat'''').

Et...OUI ÇA FONCTIONNE! Mes enfants sont respectueux, polis, serviables en général (pas moins que nous ne le sommes nous-même en fait...)! <3

dimanche 20 novembre 2016

L'envers du décor

Lorsque j'ai commencé à lire des blogs, je me suis parfois (souvent) sentie envahie par la culpabilité, un sentiment d'incompétence, une impression de ne pas en faire assez, ...Considérez ce que j'écris ici comme une photo sélectionnée parmi des dizaines (et on choisi bien entendu toujours la plus belle non?); comme la partie sur laquelle je souhaite me concentrée/me rappeler/prioriser. Et pour vous rassurer (si vous en avez besoin), voici quelques détails de l'envers du décor...

Chez nous aussi, sur le siège de toilette il y a une alarme invisible qui détecte automatiquement l'ADN maternel et provoque immanquablement le cri typique ''MAMAN!! T'ES OÙ!!!'' ou la variante occasionnelle ''CHÉRIE T'ES OÙ!!!!'' (cette dernière se fait aussi en version ''maman cherche papa'')...

Chez nous aussi certains drames débutent avec ''je voulais pas cette tasse là JE VEUX LA TASSE OLAF'' (ou la bleue ou la rouge...);

Chez nous aussi, papa et maman pensent parfois qu'ils sont devenus des colocs tellement ils se voient pas souvent, même s'ils sont toujours à portée de voix l'un de l'autre...

Chez nous aussi maman est tannée des fois d'arrêter ce qu'elle fait 45 783 fois par jour pour aller essuyer des fesses, ramasser du vomi/jus/pipi/purée, changer les batteries du-jouet-avec-lequel-ils-joueront-de-toutes-façons-juste-30 secondes-mais-laisseront-ouvert-pour-vider-la-charge-de-la-dites-batterie, trouver le DVD perdu (j'écris ''le'' mais ils ont tous ce potentiel)...

Chez nous aussi, papa perd patience en ramassant le 278ème  bol de collation pas fini en se disant que ça lui coûte pas mal cher en épicerie...


******************************


Comment fait-on pour rester positifs malgré tout? Deux trucs...

Premièrement, souvent on réalise que nous plaindre, dire non ou perdre patience dans une situation, ça fini par prendre AUTANT de temps sinon plus à gérer, que si on avait dit oui tout du suite (ou ramasser le bol sans rien dire, ou si on s'était levée pour aider à trouver une énième fois Ronpompom/la manette/la balle, name it). La différence: l'impact sur notre relation de confiance.

Deuxièmement, on se rappelle qu'on choisit d'ALLER VERS notre idéal. C'est un CHEMIN sans fin, pas une destination qu'on souhaite atteindre...On avance, on fait de meilleurs choix. C'est ça l'important!

À tous les jours, nous prenons un café et une petite collation ensemble mon conjoint et moi...Oui, y a les enfants autour, mai ils commencent à être habitués...Ils savent que notre réponse est presque toujours ''je prends mon café...Reviens tantôt''. :)